Je ne sais pas ce qu'il se passe en ce moment mais au bout de 4 mois d'immersion totale dans la culture chinoise, je traverse une periode intense de retour a la case France. Mes instincts franchouillards prennent le dessus et des pulsions incontrolables m'envoient dans des lieux et des restaurants ou ca sent bon le pain chaud.

Je crois que l'element declencheur s'est deroule il y a 10 jours, lors d'un repas de mariage d'un collegue qui nous a emmene dans un resto specialise dans la nourriture traditionnelle pekinoise. La soiree etait agreable mais les plats proposes "tres typiques" etaient litteralement a vomir, n'ayons pas peur des mots. Des soupes faites a partir de haricots au gout de terre, des intestins greles crus, des sortes de tofus qui ont du macerer depuis 12 ans (voir photo)... IMG_2532Devant l'enthousiasme de mes hotes, je ne pouvais qu'avaler, bouchee apres bouchee, sentant que ma resistance culinaire pouvait me lacher a tout moment. Et comme je ne comprenais rien a ce qui se racontait aux alentours et que je vivais le fameux "grand moment de solitude" dont j'ai parle plus tot dans ce blog, je me mis a rever d'une bonne cote de boeuf, de pain, de beurre et des petites choses simples qui manquent cruellement ici.

Eh bien j'en ai reve La Boucherie Michel, l'a fait. Me baladant le lendemain vers Sanlitun, le quartier des expats, je decidai d'aller a cette boucherie tres speciale, dont j'avais beaucoup entendu parler et qui n'est rien d'autre que la seule boucherie francaise du tout Pekin. Me voila donc arrive et la, devant mes yeux ecarquilles, se dresse de la viande fraiche: rillettes, jambon blanc, jambon de Bayonne, viande des Grisons, poulets (dont la tete a miraculeusement ete coupee), rotis en tout genre qui batifolent joyeusement derriere une vitrine propre. Mon sang ne fait qu'un tour, j'achete toute la charcuterie disponible. L'ami Michel, qui a decide de me faire plaisir, propose aussi un petit coin epicerie avec des baguettes toutes chaudes et du bon pinard. Et tout cela a des prix raisonnables! Je le crie bien haut: Vive les Michels!
Voici l'adresse pour les routards de passage: jiezuo I, Xingfucun Zhonglu, a proximité du carrefour Gongtibeilu et Chunxiulu

Pour combler le tout, juste a cote on peut acheter du vrai fromage, ce coup-ci a un prix exorbitant il est vrai. Mais quand on aime... Le soir je me suis donc fait un petit diner "sandwich rillettes, patates au beurre, charcuterie, Tomme de Savoie" accompagne d'un petit Chinon, et rien que de l'ecrire, mes petits yeux sont encore tout mouilles d'emotion.

Le_Bistro_ParisienNon content de ce succes personnel, j'ai decide de partager ca en proposant a mes amis chinois de venir faire un petit repas dans un resto francais mercredi dernier. Manger fancais a Pekin n'est generalement pas donne, mais certains endroits valent quand meme le coup. Et c'est finalement dans la brasserie au doux nom du "Bistrot Parisien" (toujours pour les routards, ca se trouve au 1/F Tongli Building Sanlitun Houjie) que nous avons aterri. 90 Yuans (9 euros) le menu avec entree, plat, dessert. Pas cher. Rien de bien extraordinaire mais ca a quand meme le merite d'etre fidele a la cuisine d'une  brasserie traditionelle.

Ca fait terriblement du bien de se retrouver dans la situation inverse et de voir les Chinois se debattre avec fourchettes et couteaux, notamment le couteau a poisson dont ils n'ont pas bien compris l'interet. On etait 13 a table - je n'ai pas prevenu celui qui etait en bout de table des risques qu'il encourait - et pour 10 d'entre eux, c'etait la premiere fois qu'ils mangeaient francais. Je crois qu'ils ont apprecie l'experience meme si j'ai bien senti qu'ils etaient un peu frustres par l'attente entre les plats et le fait de ne manger que ce qu'il y a dans son assiette. En Chine on met generalement tout au centre de la table et tout le monde trempe ses baguettes dans les memes plats. Le dessert aussi n'est pas quelque chose auquel ils sont habitues et ces sauvages m'ont transforme a grands coups de cuillere les delicates "Mousses au  Citron vert" joliment presentees, en bouillis informe.

C'etait donc ma "semaine de la France en Chine", il ne faudra pas faire ca tous les jours si je veux continuer a decouvrir le local, mais de temps en temps, il n'y a pas de mal a se faire du bien.